Plus de 20 raisons pour se faire tester pour l’intolérance au gluten

Le texte qui suit est la traduction d’un article rédigé par Shirley Braden que vous trouverez sur son site internet: http://glutenfreeeasily.com/. Il s’agit en fait d’une liste de plus de 20 raisons qui nous explique pourquoi on devrait se faire tester pour l’intolérance au gluten.

Une des frustrations que l’on rencontre quand on essaie de se faire diagnostiquer pour une intolérance au gluten est qu’il n’y a pas personne qui l’expérimente de la même façon, et de plus, si on se réfère à des sites médicaux sur l’internet ou à des livres de références, les symptômes ne sont pas toujours les mêmes. Par exemple, Shirley Braden a elle-même souffert de plusieurs symptômes à travers les années, mais pas de tous en même temps, ce qui pouvait porter à confusion, pour elle autant que pour le médecin. Comme si ce n’était pas déjà assez compliqué, certaines personnes peuvent avoir un seul symptôme alors qu’environ 40% de ceux qui ont été diagnostiqués disent ne pas en avoir du tout. D’ailleurs, selon l’auteure (et bien d’autres auteurs dont moi-même), il est possible qu’il y ait beaucoup plus de cas d’intolérance au gluten non reconnus, car beaucoup de gens ne font pas investiguer leurs symptômes ou les attribuent à une autre condition médicale. La route vers le diagnostic final prend parfois plusieurs détours.

La National Foundation for Celiac Awareness (NFCA) affirme qu’une personne attend en moyenne 10 ans pour son diagnostic de la maladie cœliaque. Une étude publiée en 2003 ( http://bit.ly/dJxd0u ) a démontré qu’environ une personne sur 133 souffre de la maladie cœliaque aux États-Unis, ce qui équivaut à approximativement 3 millions de personnes. Comparativement, 2,7 millions sont atteintes d’épilepsie, 2,1 millions de l’arthrite rhumatoïde, 1,5 millions de lupus érythémateux et 3 millions de diabète de type 1 (6% de ces derniers sont aussi atteints de la maladie cœliaque). La sclérose en plaques affectent 400,000 américains. Êtes-vous surpris de savoir que tant de gens souffrent de la maladie cœliaque? La plupart des gens le sont. Si vous voulez connaître d’autres statistiques intéressantes au sujet de cette maladie, visitez le site: http://bit.ly/OkAjT . La NFCA estime que 95% des cas de la maladie cœliaque ne seraient pas encore diagnostiqués.

Certaines personnes décident d’entreprendre la diète sans gluten même sans avoir un diagnostic officiel soit parce qu’elles souffrent de plusieurs symptômes de la maladie ou parce qu’un membre de leur famille ayant les mêmes symptômes a reçu le diagnostic. Certains, plus fortunés, auront subi les examens et un diagnostic aura été établi, alors que d’autres encore se seront fait dire par le médecin que le gluten n’était pas un problème et ils continueront de souffrir et à manger des aliments contenant du gluten.

La liste qui suit décrit des symptômes et des maladies associés à l’intolérance au gluten. Vous en avez peut-être souffert avant de connaître votre diagnostic et/ou d’avoir commencer la diète sans gluten. Est-ce qu’ils se sont améliorés depuis? Si vous cherchez encore, vous vous reconnaîtrez peut-être dans ces symptômes. Si oui, le gluten pourrait en être la cause. On entend souvent les gens dire qu’ils souffrent d’une maladie en disant que c’est «de famille», comme par exemple, l’ostéoporose. Shirley Braden maintient que ce n’est pas l’ostéoporose qui est «de famille»; ce qui est passé d’un membre à l’autre d’une même famille ou de génération à génération est plutôt la cause de l’ostéoporose et dans certains cas, cela peut être un trouble associé au gluten. La maladie cœliaque est caractérisée par la malabsorption de nutriments essentiels comme les vitamines, les minéraux et les graisses. D’ailleurs, plusieurs symptômes répertoriés sont secondaires à la malabsorption due à une intolérance au gluten. Bien que cette liste soit longue, elle n’est pas exhaustive. L’auteure dit ressentir beaucoup de satisfaction en voyant la transformation des gens qu’elle rencontre à son groupe de soutien et comme conférencière. Elle trouve toujours très agréable de voir les problèmes de santé disparaître après qu’ils aient éliminé le gluten de leur alimentation.

Liste de plus de 20 raisons pour se faire tester pour l’intolérance au gluten*:
1. Un membre de votre famille a été diagnostiqué avec une maladie cœliaque/une intolérance au gluten ou une maladie qui y est associée;
2. Troubles gastro-intestinaux: diarrhée, constipation ou alternance des deux, syndrome de l’intestin irritable, douleur abdominale, nausée, selles nauséabondes, abondantes ou qui flottent, reflux acide, ballonnement, flatulence, rots, etc.;
3. Troubles de la peau: rougeur (peut inclure des ampoules comme dans la dermatite herpétiforme), eczéma, psoriasis, vitiligo, allergies ou sensibilité à des produits qui touchent la peau;
4. Vous avez été diagnostiqué avec une autre maladie qui peut être associée au gluten ou dite «de famille» comme l’arthrite, la sclérose en plaques, la fibromyalgie, le diabète, le syndrome de fatigue chronique, une maladie de la glande thyroïde ou des glandes surrénales;
5. Anémie;
6. Pour la femme, troubles gynécologiques: syndrome prémenstruel, règles difficiles, endométriose, infertilité, grossesse difficile, fausse couche, enfant mort-né, troubles hormonaux, ménopause précoce;
7. Troubles neurologiques ou psychologiques: dépression, convulsions, épilepsie, trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, trouble de l’apprentissage, autisme, picotement ou engourdissement (neuropathie), trouble bipolaire, irritabilité, sautes d’humeur, schizophrénie, sensation d’avoir la tête dans les nuages (brain fog), sensation d’être ailleurs (épisodes de dissociation), anxiété, attaque de panique, trouble obsessionnel compulsif (TOC), démence, maladie d’Alzheimer, ataxie (manque de coordination), syndrome des jambes sans repos;
8. Ostéoporose ou ostéopénie;
9. Insomnie ou autres troubles du sommeil;
10. Maux de tête fréquents (de tension/sinus/migraine);
11. Troubles avec d’autres organes: appendice, vésicule biliaire, reins, foie;
12. Problèmes dentaires (dents décolorées, défauts avec l’émail des dents);
13. D’autres allergies ou intolérances alimentaires comme l’intolérance au lactose;
14. Problème de poids; trop maigre et ne peut pas prendre de poids, ou surpoids et ne peut pas perdre de poids facilement;
15. Infections fréquentes: sinusite, maux de gorge, amygdalite, bronchite, infections d’oreilles, grippe;
16. Syndrome de Down;
17. Cancer, surtout de l’estomac, pancréas, intestins ou lymphome;
18. Fatigue chronique;
19. Ulcères buccaux;
20. Chez les enfants: retard de croissance, délai dans le développement (pour parler, puberté), petite stature, ventre ballonné, douleur aux jambes, irritabilité;
21. Asthme;
22. Cheveux qui tombent ou sont minces, alopécie;
23. Pression artérielle trop haute ou trop basse;
24. Syndrome de Sjögren.

*Vous pouvez souffrir de un ou de plusieurs symptômes, mais pas nécessairement, car souvenez-vous que 40% des personnes cœliaques n’ont AUCUN symptôme.

Ces informations ont été compilées de plusieurs sources par Shirley Braden qui dirige un groupe de soutien pour les gens cœliaques ou intolérants au gluten en Virginie (KGCGIG).

Publié par Gisèle à l’adresse 09:04 2 commentaires

Libellés : Allergies et intolérances alimentaires, Intolérance au gluten, Santé

mercredi 29 septembre 2010

Complications causées par l’intolérance au gluten

On sait que l’intolérance au gluten non traitée mène à des complications causées par le manque d’absorption prolongé des nutriments au niveau du petit intestin. Voyons un court extrait de mon livre L’intolérance au gluten sur le sujet.

« Sans le retrait définitif du gluten, la maladie coeliaque continue ses ravages et peut causer plusieurs conditions importantes et même menaçantes à la vie incluant :

  • L’ostéoporose – une condition où les os deviennent faibles, friables et prédisposés aux fractures. Une mauvaise absorption du calcium est un facteur contribuant à cette condition;
  • L’ostéomalacie – ramollissement des os par manque d’absorption de la vitamine D. On retrouve une composante ostéomalacique chez 50 à 70% des gens atteints de la maladie coeliaque. Il arrive souvent que l’investigation de l’ostéomalacie amène le diagnostic de la maladie coeliaque. L’équivalent chez l’enfant est le rachitisme;
  • Une petite stature chez l’enfant qui manque d’éléments nutritifs essentiels depuis le jeune âge, quand une bonne alimentation est cruciale à son développement et à sa croissance. Les enfants chez lesquels la condition est détectée et traitée avant la fin de leur croissance récupèrent souvent tout leur retard;
  • Douleur osseuse ou arthritique;
  • Perte de poids;
  • Épilepsie avec calcifications cérébrales ou convulsions – résultant de l’absorption inadéquate d’acide folique. On pense que le manque d’acide folique cause des dépôts de calcium ou des calcifications dans le cerveau, menant ensuite à des convulsions;
  • Hémorragie interne;
  • Désordre du système nerveux central et périphérique;
  • Trouble pancréatique;
  • Lymphome intestinal;
  • Anémie;
  • Diarrhée chronique;
  • Intolérance au lactose;
  • Aphtose buccale répétitive;
  • Manque d’émail sur les dents des enfants;
  • Infertilité chez l’homme et la femme;
  • Retard des premières menstruations, ménopause prématurée, avortement spontané chez la femme et malformation congénitale du bébé comme un défaut du tube neural;
  • Une variété de troubles émotionnels, tels que la fatigue chronique, l’irritabilité, les troubles de concentration, le trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité, et même un comportement schizophrénique. »

Pour plus d’informations : L’intolérance au gluten (2006 Edimag), disponible en librairie et en ligne.

Publié par Gisèle à l’adresse 07:51 2 commentaires

Libellés : Allergies et intolérances alimentaires, Intolérance au gluten, Santé

mercredi 28 juillet 2010

Les symptômes de l’intolérance au gluten

La maladie coeliaque (intolérance au gluten) est difficile à diagnostiquer car ses symptômes peuvent varier énormément. Comme les symptômes sont souvent les résultats d’un manque d’absorption des nutriments par l’intestin grêle, la liste peut être très longue. Aussi, comme le gluten affecte la perméabilité de la paroi intestinale (leaky gut), c’est-à-dire qu’il laisse passer plus d’intrus, le système immunitaire est exposé à plus de substances allergènes que la normale. Ceci explique pourquoi les gens atteints de la maladie coeliaque ont tendance à avoir plus de symptômes allergiques que la population en général.

Il est aussi important de souligner que certaines victimes de la maladie sont asymptomatiques, mais que le dommage se fait quand même. Souvent, la réalité surprenante d’un diagnostic de la maladie coeliaque frappe par l’entremise d’un diagnostic d’une autre maladie dégénérative ou d’une complication reliée à la maladie coeliaque, qui nécessite une investigation plus poussée.

Certains exhibent des symptômes classiques comme la diarrhée, la mauvaise digestion, la flatulence, le gonflement, mais d’autres sont plus difficiles à relier à l’intolérance au gluten, comme l’anémie, l’irritabilité, les vomissements ou la difficulté de concentration.

Symptômes les plus communs chez l’enfant en bas âge :

  • Diarrhée – souvent décrite par les parents comme ayant une odeur nauséabonde et d’apparence mousseuse ou encore, les selles deviennent anormalement abondantes (multipliées par 4 ou 5), molles, grisâtres, graisseuses et luisantes
  • Vomissements par jets
  • Abdomen distendu
  • Diminution de la masse musculaire ou manque de masse musculaire à travers le corps
  • Retard de développement physique
  • Problème dentaire – stries sur les dents ou l’émail des dents décoloré
  • Irritabilité, peut devenir grognon, hostile
  • Apathie, ne sourit plus
  • Manque d’appétit
  • Niveau sanguin insuffisant de calcium, de vitamine B12 et d’acide folique
  • Anxiété de séparation des parents extrême ou dépendance excessive sur les parents (probablement parce que l’enfant a de la douleur et que les parents le réconfortent.)

Symptômes les plus communs chez l’enfant et l’adulte :

  • Détresse gastro-intestinale – crampe, gonflement, flatulence, inconfort, brûlure par reflux gastro-oesophagien (chez l’adulte)
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Stéatorrhée (selles nauséabondes souvent avec mucus, et occasionnellement flottantes)
  • Anémie ou déficiences nutritionnelles
  • Ecchymoses faciles
  • Début de puberté retardé
  • Manque de masse musculaire
  • Perte de poids
  • Perte d’appétit
  • Fatigue chronique
  • Alopécie- perte temporaire des cheveux ou des poils, partielle ou totale
  • Dérangements émotionnels – irritabilité, dépression, trouble de concentration et dépendance excessive

À part ces symptômes courants, on en remarque aussi bien d’autres : les cils trop longs, la perte prématurée des cheveux, la déformation des doigts, l’aménorrhée (arrêt des menstruations), la douleur aux jointures, l’infertilité, les malaises non justifiés, des ulcères buccaux, et l’œdème (par manque de protéines). Au fur et à mesure que les recherches avancent, la liste des symptômes semble allonger, jusqu’à inclure des troubles du foie, du sang, des jointures, de la dentition et même des troubles neurologiques.

L’importance d’une diète sans gluten stricte ne sera jamais assez stressée. Pour le moment, l’exclusion du gluten est la seule solution à cette maladie qui semble ronger les forces de ses victimes tout aussi longtemps que le gluten reste présent.

Extrait de mon livre Intolérance au gluten (Edimag 2006)