L’âge n’est pas une maladie et n’explique aucune pathologie…

Avec ses principes et sa philosophie, l’ostéopathie peut apporter une approche unique et bénéfique aux personnes âgées qui requièrent des considérations spéciales pour certains aspects de leur suivi médical. Les changements dans l’anatomie et la physiologie qui surviennent avec l’âge, l’aspect psycho-social du vieillissement et le potentiel accru des maladies reliées à l’âge font que ces personnes nécessitent des soins multidisciplinaires et adaptés à leurs besoins. L’approche holistique qu’est l’ostéopathie sait reconnaître l’individu dans sa globalité et ses besoins spécifiques afin de favoriser le maintien de l’autonomie et optimiser les mécanismes de santé.

Pourquoi consulter en ostéopathie au troisième âge

  • Pour améliorer sa qualité de vie et son autonomie
  • Pour favoriser la prévention
  • Pour diminuer ses douleurs musculaires et articulaires
  • Pour améliorer sa posture
  • Pour diminuer l’usure prématurée
  • Pour contrer la diminution de la force musculaire et la perte de masse osseuse
  • Pour avoir plus d’énergie, un meilleur sommeil, une meilleure circulation artério-veineuse, une meilleure capacité respiratoire, une meilleure concentration
  • Pour favoriser une meilleure digestion, assimilation et élimination
  • Pour favoriser l’équilibre et  optimiser son capital-santé, pour améliorer sa condition
  • Pour diminuer sa consommation de médicaments et favoriser un meilleur bien-être
  • Pour offrir à son corps des soins à la fois globaux et spécifiques par des modalités non invasives

Les principes fondamentaux de l’Ostéopathie

1 – Unité de fonction du corps humain

L’être humain est un tout. Il forme une unité complète biologique, émotionnelle, spirituelle. Le corps humain fonctionne bien totalement, ou fonctionne mal totalement. Toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n’importe quelle autre région du corps. Tout traumatisme dans une quelconque région du corps (pied, lombaire, thorax, cervical, tête, etc) aura une répercussion sur la totalité de l’organisme.

2 – Auto-défense, auto-régulation et auto-guérison

Le corps possède par lui-même les moyens de surmonter la maladie tant que la relation « structure-fonction » est respectée. L’organisme possède ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d’alarme. C’est l’immunité relative inhérente à la machine humaine qui a la capacité d’élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé et à la neutralisation de la maladie.

3 – Interdépendance structure-fonction et fonction-structure

La fonction dépend de la structure. Toute perturbation d’une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement : limitations du mouvement, douleurs, etc. La structure dépend de la fonction : par exemple, toute immobilisation prolongée d’une articulation va « enraidir » l’articulation et les tissus péri-articulaires.

4- Le mécanisme respiratoire primaire (MRP)

Le MRP est une notion fondamentale en ostéopathie. Il s’agit d’un rythme biologique, un mouvement d’expansion et de rétraction, de l’ordre de dix (10) à quatorze (14) contractions rythmiques par minute. Il est généré au niveau crânien, est autonome et indépendant de la respiration thoracique. Le MRP est perceptible dans tout le corps car l’ensemble des fascias est la continuité des méninges crâniennes. Il est de faible amplitude (12-25 microns) et peut être enregistré par une main ayant éduqué sa sensibilité proprioceptive. Lors d’un traitement, l’expression du MRP reflète l‘état de la vitalité du patient.

L’ostéopathie, une thérapeutique efficace et complémentaire.

Extraits du rapport présenté à la Commission Clair ou Commission d’ Études sur les services de santé et les services sociaux du Québec en l’an 2000.

« L’ostéopathie une solution rentable pour la santé des québécois »

  • Tous nos clients sans exception jugent cette thérapeutique efficace dont 65% l’estiment très efficace et 35%, assez efficace.
  • Le taux de satisfaction de la clientèle en ostéopathie est de 86%.
  • Les traitements d’ostéopathie contribuent à diminuer la consommation de médicaments, à remettre sur le marché du travail des personnes en incapacité fonctionnelle, à réduire le nombre de traitements.
  • L’efficacité, la fréquence et la durée des traitements contribuent à en diminuer les coûts.

Au Québec, la population supporte l’ostéopathie. Ils sont nombreux à consulter un ostéopathe. Il n’est pas rare que les délais d’attente pour consulter un ostéopathe soient souvent de plus de trois mois.

Malgré que l’ostéopathie ne fasse pas partie intégrante du système de santé, une partie importante de la clientèle (environ 35%) provient de professionnels de la santé qui n’hésitent pas à référer leur patient après avoir tenté la médication, la chirurgie, la clinique de la douleur et bien d’autres modalités… En France, une étude datant de 1986 avec un échantillonnage de 1000 personnes évaluait à 20% la clientèle provenant d’une référence d’un autre professionnel.